L’homme-microcosme 1 : Les mystères de l’aura

Ce que l’on nomme « aura » peut signifier deux réalités distinctes : soit différentes parties subtiles du « corps » de l’être humain ordinaire, soit le « vêtement de lumière » ( ou « corps glorieux »).

Ce que l’on nomme « aura », c’est-à-dire « émanation, rayonnement d'or » en latin, peut signifier deux réalités distinctes:
- d’une part, elle est le vêtement de lumière, que l’on retrouve dans les textes gnostiques anciens et dans les représentations religieuses de « saints personnages ».
- d’autre part, elle témoigne de différentes parties subtiles de la stature corporelle humaine.
En effet, la structure physique de l’homme est composée de quatre formes corporelles plus ou moins denses. Outre le corps de chair et de sang, citons le corps vital ou « éthérique » enveloppant comme un gant le corps physique ; vient ensuite le corps émotionnel ou « astral », ovoïde cernant les deux premiers aspects ; et enfin un embryon de corps mental entourant la tête.
Ces différents corps sont imbriqués les uns dans les autres, à la manière de poupées russes, exception faite, chez l’homme ordinaire (même cultivé au plus haut point), du corps mental, qui reste entièrement pris dans l’orbe du corps des émotions naturelles. Que ces différents corps soient néanmoins tous individualisés et relativement concentriques permet à l’être humain d’être conscient de lui-même et de sa particularité parmi les autres espèces vivantes.
Vivre un processus spirituel d’éveil et de transformation consiste donc d’abord à accéder à la véritable raison supérieure en redéployant le corps mental autour du corps astral, le dégageant ainsi des chocs émotionnels et des instincts naturels (peur, jalousie, colère, avidité…) qui enferment l’homme dans un comportement essentiellement égocentrique.
Cette œuvre alchimique est réalisable grâce à l’atome de lumière divine présent dans le cœur de chaque être humain. La conséquence en sera, dans un deuxième temps, la transfiguration de toute la corporéité, la construction d’un nouveau corps-temple.
Alors pourra se manifester pleinement l’aura solaire de l’être humain en tant qu’homme-microcosme, en tant que Fils de Dieu.


L’homme-microcosme 2 : le microcosme

Déchus et comme « endormis » dans notre monde, oubliés mêmes au creux de notre propre cœur, les microcosmes, ou fils de Dieu, sont dans l’attente de retrouver leur gloire originelle : une sphère de pleine conscience, septuplement manifestée.

« En ce qui concerne le "minutus mundum" ( le microcosme ), nous le trouvâmes déposé dans un autre petit autel, certainement plus beau qu’un être raisonnable ne peut se l’imaginer... » (Fama Fraternitatis RC)
Le microcosme, ou « petit monde », est un complexe de forces inconnues englobant tout notre être. Il est à l’origine une sphère de pleine conscience, septuplement organisée, créant un champ magnétique d’une vingtaine de mètres de diamètre environ.
Les hommes et femmes sont porteurs de microcosmes déchus, endommagés et comme « résorbés » ou prisonniers de notre monde de l’espace-temps, dans l’attente de retrouver leur gloire originelle. Aussi, chaque être humain, pendant son incarnation terrestre, a pour mission de faire renaître le microcosme, l’homme divin véritable, pour accéder à sa véritable dimension d’Homme-Ame-Esprit réunifié en Dieu.
Au centre du microcosme déchu, au niveau du cœur humain, se trouve le vestige de sa structure originelle : l’atome étincelle d’Esprit ( le grain de sénevé dont parlait Jésus, le joyau dans le lotus des Orientaux, la Perle des manichéens, la Rose du cœur au centre de la croix du corps physique pour les Roses-Croix ).
La revivification de la Rose du cœur provoque la régénération du microcosme, en amenant ses forces à leur plein développement. Puis, le renouvellement de chaque microcosme se répercute, suivant la loi naturelle divine, sur le macrocosme : la nature entière est ainsi renouvelée. Ce processus alchimique de vivification, transfiguration, résurrection et régénération, est rendu possible par et dans les champs de lumière nourriciers d’écoles spirituelles actives comme, actuellement, celle de la Rose-Croix d’Or.


 
 Articles suivants dans L’enseignement de la RCO

Gnose signifie à la fois « connaissance » et « naissance ». Cette philosophie de vie qui engage tout l’être, Platon la...
 Lire la suite


La gnose est avant tout un rayonnement, une lumière spirituelle, une substance éthérique pure qui irradie un champ...
 Lire la suite


La gnose est champ de conscience et de rayonnements, comparable à un champ informationnel étranger à ce qui régissent les...
 Lire la suite


Par une expérience intérieure déterminante et une prise de conscience radicale, le gnostique sait qu’il existe...
 Lire la suite