Gnose et vie quotidienne 1 : Le respect du corps et de la vie

La posture gnostique peut être résumée par la formule johannite « Etre de ce monde mais pas de ce monde ». Pour autant, elle ne signifie nullement qu’il faille mépriser le corps ou notre environnement.

« Etre de ce monde mais pas de ce monde » ne signifie nullement qu’il faille mépriser le corps ou notre environnement.
Il ne s’agit pas, en effet, d’effacer le naturel, mais de le transfigurer. Notre système physiologique et notre environnement sont certes des structures mortelles, mais elles semblent bien répondre aux fonctions précises d’un ordre dépassant les simples critères naturels. Négliger ces lois serait nuire à la possibilité de participer au grand œuvre d’une vie vouée à la réalisation intérieure selon l’adage hermétique : « Tout recevoir, tout donner, et par là tout renouveler ».
Ainsi, pour un enseignement transfiguristique gnostique, aucun chemin spirituel n’est envisageable hors du corps, ni donc à fortiori après la mort.
Notre corps est le lieu incontournable de l’alchimie spirituelle, le véritable instrumentarium divin, à condition d’être débarrassé des fausses représentations et de leurs frayages confondant besoins naturels, désirs égocentriques et soif de vérité. Cette séparation du subtil et de l’épais, d’où surgit un pur désir du salut et une pure compréhension, est la première opération d’une longue suite de réactions où tous les fluides de l’âme (le sang, les systèmes nerveux et endocriniens, et tout l’axe sympathique cérébro-spinal) et conséquemment, les corps éthérique, astral, et mental, sont entièrement transmutés pour permettre à la nouvelle conscience éveillée de rencontrer les forces de l’Esprit et de se manifester dans le monde.


Gnose et vie quotidienne 2 : La lecture gnostique des textes évangéliques.

Comme les représentations des mystères antiques, les textes évangéliques présentent un drame dans lequel chaque personnage, chaque situation, chaque objet est le symbole d’une réalité intérieure et d’une transformation à accomplir.

Les textes évangéliques peuvent se lire à de multiples niveaux : historique, psychologique, moral ou tout simplement comme une belle histoire. Mais il existe aussi un autre niveau, dans lequel chaque personnage, chaque situation, chaque objet prend fonction de symbole.
Pour celui qui suit un chemin gnostique le texte des Evangiles devient le miroir d’une réalité vécue et la description minutieuse d’une transformation spirituelle.
En effet, si l’expérience gnostique fondamentale est de découvrir que nous sommes porteurs d’un aspect divin étranger à ce monde, cette merveilleuse et fulgurante révélation reste menacée d’oubli par la force des pulsions naturelles et des conditionnements culturels.
La lecture répétée des textes néotestamentaires relaie alors, dans l’intimité, la fonction des antiques mystères grecs ou égyptiens qui étaient périodiquement représentés devant une plus vaste assemblée : elle rappelle aux candidats leur vocation divine, leur donne à voir les obstacles à sa réalisation et les moyens de les surmonter.
Et ainsi s’imprime et s’exprime petit à petit dans l’âme naturelle comme dans la conscience cultivée, l’image du héros divin que chacun porte en son fond le plus intime. Une transmutation s’effectue qui pourra se lire jusque sur le parchemin du Livre T connu des Rose-croix du 17ème siècle : le livre de la Transfiguration, le corps éthérique lui-même.


 
 Articles suivants dans L’enseignement de la RCO

Gnose signifie à la fois « connaissance » et « naissance ». Cette philosophie de vie qui engage tout l’être, Platon la...
 Lire la suite


La gnose est avant tout un rayonnement, une lumière spirituelle, une substance éthérique pure qui irradie un champ...
 Lire la suite


La gnose est champ de conscience et de rayonnements, comparable à un champ informationnel étranger à ce qui régissent les...
 Lire la suite


Par une expérience intérieure déterminante et une prise de conscience radicale, le gnostique sait qu’il existe...
 Lire la suite


Ce que l’on nomme « aura » peut signifier deux réalités distinctes : soit différentes parties subtiles du « corps » de l’être...
 Lire la suite