Qu'est-ce que la Gnose ? (1) : Une connaissance pour une renaissance

Gnose signifie à la fois « connaissance » et « naissance ». Cette philosophie de vie qui engage tout l’être, Platon la définissait en son temps par ces mots : « la connaissance est ce qui permet de s’assimiler autant qu’il est possible à Dieu, ce qui implique d’être juste et saint avec l’aide de l’intelligence » (Timée 72b).

Les connaissances et les croyances que possèdent les gnostiques, la voie spirituelles qu'ils suivent, sont rarement connus du grand public, tant elles furent attaquées et déformées par les tenants des orthodoxies religieuses.
"Gnose" (racine G.N.S) signifie à la fois « connaissance » (gnôsis) et « naissance » (genesis). Les gnostiques historiques proprement dits apparaissent au début de notre ère dès l’avènement du christianisme, mais la vision gnostique a toujours été présente dans l’histoire de l’humanité. Si altérées par le temps soient-elles, toutes les mythologies anciennes, en sont issues ; aussi dogmatiques qu’elles puissent être devenues, toutes les religions ont, en fait, leur origine en elle.
La Gnose s'accomplit en tous ceux qui réalisent un lien direct avec elle par l’union réalisée de la tête et du coeur. Cette connexion, cependant, change l’être de telle façon qu'ensuite il n’est plus le même qu'avant ; elle opère la régénération complète des fluides de l’âme et des corps subtils ; elle ouvre conjointement la conscience à une connaissance intuitive directe et une vision pénétrante ; elle trouve alors son parachèvement dans la reconstruction du triple temple des Fils de Dieu ressuscités : Corps Âme et Esprit




Qu'est-ce que la Gnose ? (2) : Un souffle puissant

La gnose est avant tout un rayonnement, une lumière spirituelle, une substance éthérique pure qui irradie un champ d’informations. Elle est présente dans l'atmosphère, et sons influence est décrite sous forme de mythes, d’images et de symboles dans les écrits gnostiques.

La gnose ( gnôsis et genesis : connaissance et renaissance) éveille l'homme et le provoque. C’est pourquoi, même des siècles plus tard, les écrits gnostiques n'ont cessé de fasciner les hommes. Et de nos jours, à l'ère du Verseau, ceux qui cherchent la connaissance intérieure ont la possibilité de découvrir ce rayonnement gnostique par eux-mêmes, et de travailler avec lui.
La gnose n'est donc pas un édifice de pensée complexe, bien que les anciennes écritures parlent une langue qui ne se révèle pas facilement au lecteur. Celui qui ne tente d'approcher les anciens textes gnostiques qu'intellectuellement ne sera guère en mesure de comprendre la substance de leur message spirituel. Il semble y avoir une force, un souffle puissant derrière les mots, qui émeut le lecteur au plus profond de son être. Mais s'il ouvre son cœur, son intuition, et s'il a la foi, il peut découvrir ce "Souffle de Dieu" changeant.
Ce souffle de Dieu, le pneuma qui animait le noûs chez Platon, peut se communiquer à ceux qui ont déjà laissé s'accomplir en eux l'unité de la tête et du coeur, jusqu'à ouvrir la porte du système foie-rate, au niveau du plexus solaire. Alors, ils avancent dans la force de l'esprit sanctifié; alors deviennent vraiment opérantes les forces christiques (christos = oint) qui, du haut de la tête ( Golgotha = mont du crâne) descendent, via la pinéale, jusque dans l'enfer des pulsions inconscientes pour les vaincre définitivement et libérer le plexus sacré de l'emprise des incarnations précédentes ( = faire sortir les morts des tombes)
Un des plus célèbres écrits gnostiques, écrit par Valentin le platonicien, est la « Pistis Sophia ». Son titre indique très précisément la nature de la Gnose, lien indissoluble entre l’aspiration confiante (Pistis) et la sagesse (Sophia) ; sous forme de mythe, ce récit relate très précisément, la chute et la remontée de l’âme au monde de l’Esprit.


Qu'est-ce que la Gnose ? (3) : Le noyau spirituel réside dans le cœur de l'homme

La gnose est champ de conscience et de rayonnements, comparable à un champ informationnel étranger à ce qui régissent les mondes naturel ou culturel ; ce champ radiant est en premier lieu perceptible par ce qui est de même nature que lui : un principe inscrit au coeur de tout homme et que les traditions sacrées universelles nomment selon : le Joyau dans le Lotus, la Rose- du Coeur, le Grain de sénevé, l'Oeil du coeur, l'Atman, "l'Etincelle divine", un "atome-germe", etc.

La gnose est champ de conscience et de rayonnements, comparable à un champ informationnel, mais n'appartenant pas aux mondes naturel ou culturel qui façonnent d'emblée chaque être humain dès sa naissance.
Ce nouveau champ de vie, radiant ses propres lois de création, peut pénétrer le coeur et la conscience des être humains car ceux-ci portent en eux un principe que les traditions sacrées universelles nomment selon : le "Joyau dans le Lotus", la "Rose du Coeur", le "Grain de sénevé", "l'Oeil du coeur", "l'Atman", "l'Etincelle divine", un "atome-germe", etc.
Il est à ce titre souvent qualifié de "libérateur" dans les textes spirituels de toutes traditions.
Dès que ce principe est clairement perçu, souvent à la suite d'un choc émotionnel qui stoppe le train des habitudes de vie et de pensées, il agit comme un miroir réfléchissant et induit une nouvelle conscience de soi et du monde. Si celui qui a vécu cette expérience fulgurante reste orienté sur sa découverte, alors l'éclair de la Révélation devient bain de lumière et la "Pousse du ciel", comme disait Platon, se met à grandir en lui, telle un Arbre de vie transformant de jour en jour son propre environnement.
Ce chemin de croissance d'une âme nouvelle et de ses Noces accomplies avec ce champ spirituel, est souvent décrit sous forme de phases initiatiques dans de nombreux mythes et contes initiatiques. Citons en trois : le mythe évangélique, l'Odyssée (ou tout autre récit d'arche salvatrice) et les amours de Psyche et Cupidon.


Quest-ce que la gnose ? (4) : Une expérience intérieure

Par une expérience intérieure déterminante et une prise de conscience radicale, le gnostique sait qu’il existe fondamentalement deux ordres de nature : l’un matériel et l’autre divin. Par là même, il découvre à l’oeuvre en lui le germe igné d’une âme divine qui le transformera jusqu’à révéler pleinement la forme originelle de l’homme-microcosme.

La « gnose » est à la fois une façon de vivre au milieu des hommes et une conception spirituelle dont on retrouve les traces iconographiques aux périodes les plus anciennes et partout dans le monde. Son enseignement est attesté historiquement depuis les écoles des mystères antiques indiennes, égyptiennes et grecques ; mais c’est Platon qui lui donna la forme philosophique la plus cohérente et élaborée.
Le gnostique est celui qui sait, sur la base d’une expérience intérieure déterminante, qu’il existe fondamentalement deux ordres de natures : un monde matériel qui le retient prisonnier et un monde divin qui l’appelle.
Habité par la nostalgie inextinguible d’une patrie qu’il sait originelle, il reconnaît ainsi en lui la présence d’une instance n’appartenant pas aux mondes terrestres ; il se sait dépositaire d’une « âme divine » non manifestée, d’un germe igné sacré qu’il cherche à laisser rayonner pleinement jusqu’à ce que soit réalisée une nouvelle forme de vie d’une générosité solaire parfaite : l’homme-microcosme. Dès lors, « un Fils de Dieu est retourné en sa patrie ».
La gnose ne repose donc sur aucun dogme ni croyance, mais sur la véracité d’une transformation alchimique intérieure emportant tout l’être, « corps âme et esprit » et dont témoignent les communautés gnostiques de tous temps et tous lieux.


 
 Articles suivants dans L’enseignement de la RCO

Ce que l’on nomme « aura » peut signifier deux réalités distinctes : soit différentes parties subtiles du « corps » de l’être...
 Lire la suite


Déchus et comme « endormis » dans notre monde, oubliés mêmes au creux de notre propre cœur, les microcosmes, ou fils de Dieu,...
 Lire la suite